Aura, aura pas

Aujourd’hui un sujet très connu de nom mais qui entraîne souvent des désaccords entre clairvoyants et alchimistes.

(J’entends par alchimistes les personnes qui ont une approche intellectuelle et symbolique du monde. Personnellement, je ne me considère pas comme tel car mon approche est avant tout sensible.)

L’aura. Quésaco ?

Je pourrai la définir ainsi : une émanation de notre corps dans un plan (ou plusieurs) légèrement décalé du plan matériel (le plan “ordinaire” disons).

Cela signifie que ce que l’on observe a parfois (souvent) une existence dans plusieurs dimensions.

Ainsi l’être humain existe en tant que corps, mais pas seulement, et ses formes sont multiples en fonction des dimensions considérées (je ne prétends pas toutes les connaître, en ce qui concerne l’incarnation humaine, j’en connais sept, décrites dans cet article) et que je pourrais nommer ainsi :

  • physique
  • émotionnelle
  • spirituelle
  • créative
  • consciente
  • unifiée
  • divine

Les auras que je perçois chez les gens ne concernent au mieux que les dimensions émotionnelles et spirituelles, mais pas les autres. Comme je vois le corps dans notre dimension matérielle, je vois ce dernier enveloppé d’un halo plus ou moins lumineux, plus ou moins coloré et plus ou moins constant en termes de forme (selon les gens il peut être plus ou moins grand, et je peux y voir parfois des sortes de “fuites” ou de “trous”). S’ajoutent parfois, mais plus rarement, des éléments que je ne nomme pas auras que sont des sortes de lucioles et des sortes de tubes, ainsi que les chakras.

En guise de témoignage, je dirais que les définitions classiques des auras (physique, éthérique, émotionnelle, mentale, causale, christique, divine) ne me conviennent pas et que le fait de dire qu’elles entourent la personne de façon concentrique où l’une enveloppe la précédente m’apparaît comme une construction mentale. Ou du moins : je ne l’observe pas ainsi.

Le seul rapprochement que je puisse faire est de dire que l’aura que je vois d’une personne en bonne santé l’enveloppe effectivement. Cependant, parmi les dimensions les plus élevées vibratoirement parlant, nous arrivons à un point où l’espace-temps n’existe pas en tant que contrainte, et donc l’idée de donner une forme à l’émanation de notre être dans ce niveau de réalité me paraît vaine.

Il n’empêche que cela peut se discuter d’un point de vue pédagogique, même si pour ma part j’estime que cela a tendance à induire en erreur.

Pour les personnes intéressées par l’observation des auras, il est important de retenir plusieurs choses :

  • désapprendre pour observer : essayons de voir la réalité sans idée préconçue et fabrication mentale en tous genres ;
  • ne pas confondre aura et persistance rétinienne (le meilleur moyen de s’en rendre compte est que la personne soit immobile et que nous la regardions sans bouger les yeux ; en outre, la largeur d’une même persistance rétinienne ne peut excéder censément la largeur du corps lui-même) ;
  • de nombreuses personnes sont légèrement clairvoyantes sans le savoir car leur attention ordinaire est plutôt moyenne, restons concentrer sur ce que nous voyons réellement, en dehors des schémas mentaux répétitifs que nous avons depuis l’enfance ;
  • l’éducation au sein de la famille et de l’environnement proche (amis, école, médias, publicité) crée des schémas mentaux qui peuvent favoriser ou défavoriser les capacités suprasensibles, le fait de ne pas expliquer systématiquement à un enfant que ce qu’il voit n’existe pas augmente les chances que ce dernier conserve une certaine acuité naturelle ;
  • au-delà de la clairvoyance, il est fréquent que des personnes soient à même de percevoir les auras avec les mains, comme une mousse, de la gélatine, une vibration, du froid, du chaud, etc.
  • enfin, rappelons-nous que les autres êtres vivants (y compris les roches) ont aussi des auras, également certains êtres qui ne sont pas sur notre plan physique ; je n’ai en revanche pas encore vu d’aura sur des objets.

Laisser un commentaire