Reliance à Héphaïstos pour le solstice d’été

solstice été

Pour ce solstice d’été 2021, fête que certains païens appellent aussi Litha, j’ai eu le plaisir d’une reliance très forte avec Héphaïstos, ce dont je ne suis pas coutumier.

Je vous laisse découvrir ce qu’il m’a transmis. Bien entendu, ma propre identité a dû colorer une partie du texte mais j’ai essayé d’être le plus honnête possible.

Je vois en vous quelque désir maladroit. Je vous devine subtiles cependant.

Il n’est pas de chemin qui ne vous soit inconnu. Aujourd’hui, plus que tout autre jour, il peut germer en vous quelque chose d’infini qui pourrait être grandiose.

Mais vous ne lâchez pas ! Comme on forge ou on danse, le geste juste se compose de volonté et de douceur, de relâchement autant que de fermeté.

Si vous n’appliquez à vous-mêmes et sur le monde qu’une ferme intention, vous manquerez vos objectifs et ne parviendrez qu’à étouffer l’enfant que vous portez dans vos bras.

Fonder un foyer, construire un empire, cueillir une fleur, c’est tout à la fois affirmer avec force et assomption un projet, une idée, une intention et observer avec détente et tendresse la juste mesure qui produira son effet.

Si vous oubliez que le monde ne se détermine pas uniquement à votre volonté, votre maison brûlera, votre empire s’effondrera et la fleur que vous aurez non pas cueillie mais arrachée fanera dans vos doigts.

Vous n’êtes pas les maîtres du temps et de l’espace, vous êtes des créateurs, des artistes, des explorateurs et des poètes, et cela signifie que votre juste place et votre juste maîtrise ne sauront apparaître qu’entre le moment où vous abaissez le marteau vers l’enclume et le moment où le laisserez rebondir sur votre ouvrage.

Si vous voulez avancer d’un esprit apaisé, cessez de vouloir contrôler toute chose et cessez de vous sentir responsables de tout ce qui vous arrive. Autrement, vous manquerez votre but.

Rassemblez en vous ce qui est en votre pouvoir et laissez le reste à la ronde des saisons.

Quant à cet espace de vide que vous gardez dans vos cœurs, il est temps de le contempler et de vous dire sans mensonge : suis-je un lâche ou un guerrier ?

Alors vous aurez enfin saisi la valeur de votre existence.

Laisser un commentaire